Cette autrice et moi : « Claude Pujade-Renaud incarne pour moi une sorte d’idéal »

Après deux semaines d’inexistence, le projet « Cette autrice et moi » reprend du service avec Eléonore (lectrice, traductrice, correctrice et romancière) qui a choisi de nous partager son admiration pour Claude Pujade-Renaud.

  • Lorsque tu m’as proposé de parler de Claude Pujade-Renaud, autrice qui m’était inconnue, j’ai été tout simplement ravie. Ravie de cette nouvelle découverte, de cette future rencontre… Pourquoi ce choix ? Comment et quand l’as tu rencontrée ? 
J’ai choisi de parler de Claude Pujade-Renaud justement parce qu’elle est peu ou mal connue, me semble-t-il. Je l’ai découverte par hasard, chez mon libraire, au printemps 2014. Je venais d’avoir mon premier enfant et je me promenais avec mon père, lorsque la couverture de Dans l’ombre de la lumière, accompagnée d’un bandeau indiquant que le livre avait reçu le « Prix du roman historique », a attiré mon regard. Ce bleu si lumineux (précisément) semblait promettre tant de choses… et la quatrième de couverture a achevé de me convaincre. Mon père m’a offert ce roman, et je l’ai dévoré. Ce fut une révélation.
  • 2) Pour préparer l’interview j’ai suivi ton conseil et je me suis plongée dans Dans l’ombre de la lumière, un roman qui donne la parole à Elissa, concubine répudiée de Saint-Augustin (et dont celui-ci fait vaguement référence dans ses confessions). En se focalisant sur cette figure féminine, l’autrice lui « rend justice », lui donne l’opportunité de s’exprimer sur sa vie, leur histoire commune. Le titre nous donne donc la clé principale : une femme, ombre, mis au second plan derrière Saint-Augustin, lumière. Une femme qui passe de l’ombre à la lumière en nous amenant au cœur de sa vie et de ses souvenirs. Est-ce qui t’a principalement plu dans ce roman ?
Oui, j’ai beaucoup aimé cette façon de « mettre en lumière » un personnage inconnu, qui permet de dresser un portrait en creux de Saint Augustin. Mais au-delà de cette thématique, j’ai surtout été fascinée par le rapport mystique que l’héroïne entretient avec la lumière (notamment par son appartenance à la secte manichéenne), et par la façon dont cela imprègne sa vie intérieure et sa foi.
  • 3) Elissa est une voix révoltée mais aussi pleine d’amour. A l’image de la plume de l’autrice,ressort alors de ce roman quelque chose de vif et de profond. Son écriture nous emporte dans ce temps passé, à tel point que l’on s’y croirait, mais détient aussi quelque chose de moderne dans le ton donné aux personnages, à leurs voix, qui en ferait presque des voix universelles voire actuelles. Que penses-tu de cette écriture ?
C’est une écriture extrêmement travaillée, ciselée. Chaque phrase, chaque mot a été pensé, et cela se sent. Derrière une ligne, un geste d’un personnage, on sent l’intense travail de recherche de l’autrice. Le ton, surtout dans les pensées des personnages, est effectivement moderne, sans que cela gâche en rien l’aspect historique : pas besoin d’un phrasé étrange ou vieillot pour évoquer avec justesse l’antiquité tardive ! 
  • 4) Lié à ce côté universel, qui donnerait presque au contenu un côté actuel, j’aimerais me pencher sur les thèmes présents dans ce roman : il questionne littéralement la place des femmes (réflexion sur la maternité, l’amour, les liens familiaux, les sentiments…). Est-ce également le cas pour les autres romans que tu as lus d’elle ? Si oui, dirais-tu que ces thèmes font office de signature ? Et/ou qu’est-ce qui te plaît chez cette autrice (sujets abordés, écriture…) ?
Oui, tout à fait. A mon sens, Claude Pujade-Renaud cherche à explorer la place féminine, que ce soit au sein de la société comme leur « position intérieure ». Toute son oeuvre me semble être une interrogation sur ce que cela fait de naître, d’être femme, par rapport aux autres et à soi-même.
Difficile de choisir ce que j’aime chez cette autrice, j’ai envie de répondre : tout ! Plus sérieusement, j’aime le questionnement philosophique et parfois théologique qui marque son oeuvre ; j’aime sa façon de choisir des figures féminines méconnues, ou connues grâce à leur père / mari / amant et de donner à voir « l’envers du décor » ; j’aime qu’elle choisisse constamment d’interroger la place des femmes et leur relation au monde ; j’aime aussi, de façon plus étonnante peut-être, que son oeuvre soit imprégnée par la psychanalyse ; enfin, comme je le disais plus haut, son écriture, qui témoigne d’une maîtrise impeccable de la langue et de ses formes, est à la fois intelligente et facile à lire, sans « effets de manche » qui pourraient alourdir le propos.
  • 5) Comment qualifierais-tu sa production littéraire en un mot et pourquoi ? 
Exigence. A mon sens, c’est une autrice qui a une exigence vis-à-vis d’elle-même et de ce qu’elle écrit, mais aussi vis-à-vis de ses lecteurs : elle attend d’eux qu’ils réfléchissent à ce qu’elle leur donne à lire, et non à ce qu’il se laissent porter passivement par le récit. Attention, « exigence » ne signifie pas « difficulté », mais seulement qu’elle cherche à transmettre sa rigueur, rigueur de l’écriture, rigueur de la recherche, à son public.
Ainsi, dans « Dans l’ombre de la lumière », au-delà de l’histoire de cette femme qui parle d’amour et de deuil, au-delà du récit en creux de la vie de Saint Augustin, il y a le questionnement autour de la grâce divine, sujet qui agite encore beaucoup aujourd’hui les différents courants monothéistes.
  • 6) Pour cette dernière question, j’aimerais parler un peu de toi. Tu es traductrice et correctrice mais tu as également publié quelques livres. Cette autrice a-t-elle eu / a-t-elle  encore une influence dans ces activités ?
J’écris et je traduis dans des genres très différents de ce que je lis ! Il me semble difficile de revendiquer une influence, en tout cas directe. Je pense plutôt que Claude Pujade-Renaud incarne pour moi une sorte d’idéal – probablement inatteignable – un condensé de tout ce que j’aime en littérature : une relation à l’histoire, des thématiques fortes et universelles, des personnages féminins qui ont quelque chose à dire… 
J’espère que cette nouvelle interview vous aura plu. Pour ma part, je remercie vivement Eléonore pour cette belle découverte ! 
Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. C’est une réelle découverte que vous nous amenez toi et Eléonore! Merci!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s