« Je ne sais de quoi l’âme est faite, mais la sienne et la mienne sont pareilles, tandis que celle de Linton est aussi différent qu’un rayon de lune d’un éclair ou que la neige du feu. »

Il y a quelques temps, je me suis fait une liste d’autrices à découvrir. Bien évidemment, les sœurs Brontë en font partie. Et c’est pourquoi j’ai sauté sur l’occasion lorsque j’ai vu une belle édition des Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë au stand des bouquinistes d’un salon du livre !

 

Résumé : 

Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s’approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste. Ce roman anglais, le plus célèbre du XIXe siècle à nos jours, a été écrit par une jeune fille qui vivait avec ses soeurs au milieu des landes de bruyère. Elle ne connut jamais cette passion violente ni cette haine destructrice. Elle imagina tout, même le fantôme de la femme aimée revenant tourmenter l’orgueilleux qui l’a tuée.

 

Je l’ai donc lu (sous les conseils de nombreuses personnes sur Instagram) et l’ai commencé dans le train qui m’amenait à Lyon le mois dernier. Au départ, je me suis posée beaucoup de questions et avais du mal à comprendre l’engouement autour de ce roman. Je n’arrivais pas à rentrer dans cette étrange atmosphère qui s’offrait à moi. Y-avait-il un problème avec l’écriture, le style ou encore l’intrigue ?

Puis, presque tout s’est arrangé facilement. J’étais enfin du  voyage, immergée dans les Landes anglaises, telles qu’elles le sont décrites par l’autrice. 

La plume et le procédé d’écriture choisi par Emily Brontë sont poétiques, attrayants, vivifiants, dénués de fioritures, et détiennent de nombreux sens cachés.  Ainsi, bien plus qu’un roman d’Amour, il s’agit là de désir, de jalousie, de manipulation… Le lecteur se retrouve alors plongée dans une atmosphère dérangeante, comme perdu, dans un environnement sombre. Sans repère mais envoûté par les mystères et les personnages déplaisants qui y résident ! 

Une analyse des sentiments amoureux, une étude de la complexité humaine qui paraît d’autant plus incroyable lorsque l’on connait la vie de l’autrice !  Ce n’est pas un coup de cœur, mais un roman surprenant que je relirai sûrement pour en approfondir l’analyse ! 

 

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? 

Bonne Lecture 🙂

Publicités

3 réflexions sur “« Je ne sais de quoi l’âme est faite, mais la sienne et la mienne sont pareilles, tandis que celle de Linton est aussi différent qu’un rayon de lune d’un éclair ou que la neige du feu. »

  1. J’ai essayé de le lire 3 fois. La première, j’avais douze ans, j’étais peut être un peu jeune. La seconde, j’en avais 16 et une amie était fan de littérature anglaise. Mais à nouveau, il me tombe des mains. J’ai réessayé à la fac. Même résultat, rien n’y fait, je ne parviens pas à lire ce livre xD
    Ce qui me frustre car j’adore le titre et, justement, il aurait pourtant tout pour me plaire.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s